Une sensibilité intériorisée pour le film de Nicole Dufour... Avec Nuits Blanches, nous entrons dans un espace féminin où le temps est ponctué par des flash-back aux couleurs d'un amour froid. Dehors, il neige, et la femme blesse l'animal aimé, un magnifique corbeau noir, qui s'enfuit en laissant dans la neige les empreintes d'un pas d'homme. Ces traces la mènent à une grotte où elle découvre, entouré de corbeaux, l'homme qui apparaissait dans les flash-back, image révélatrice de la confusion opérée par l'esprit, mais rendue discrète par des tons pastels sortis d'une boîte d'aquarelle et délicatement posés sur papier ingres.

Patrice Bonnaffé pour Le Monde, 20 juin 1979